Les traditions de Noël en Allemagne

Bonjour cher lecteur !

Aujourd’hui, place à un article un peu spécial en participation au projet collaboratif imaginé par Prisce du blog « Of Course Darlin’ », qui a réuni une vingtaine de blogueurs et Youtubeurs afin de vous proposer un Calendrier de l’Avent digital Spécial Blogueurs. Tous les jours, du 1er au 24 décembre, vous avez l’opportunité de découvrir l’univers d’un blogueur à travers un article ou une vidéo sur le thème des Fêtes de fin d’année (mode, beauté, cuisine, lifestyle, voyages). Pour ma part, j’ai choisi comme sujet les célébrations de Noël en Allemagne car ceux qui me connaissent ou me suivent de près 😊 savent que je suis à moitié allemande du côté de mon père (voir la rubrique A propos).

Calendrier Of Course Darlin 2019
Photo © Of Course Darlin’

Ce billet est donc l’occasion d’évoquer quelques souvenirs d’enfance et de parler un peu de « mon autre pays » où la tradition de Noël est encore très ancrée. Enfant, j’allais en Allemagne avec mes parents une ou deux fois par an, pour rendre visite à ma grand-mère et à la famille de ma tante (la sœur de mon père) qui habitaient à Bonn. Je me souviens encore très clairement du goût de certains aliments typiques que j’adorais : les Senfgurken (concombres aigres-doux marinés, délicieusement sucrés et aromatisés à l’aneth) conservés dans des pots en grès émaillé que l’on descendait chercher à la cave; la Leberwurst (saucisse de foie) si goûteuse et crémeuse; le Frischkäse (fromage au petit lait légèrement piquant, à déguster avec de la ciboulette ou de l’échalote sur une grosse tranche de pain noir). Rien que d’y penser, j’en ai l’eau à la bouche ! Ce sont mes petites madeleines de Proust à moi…

1. Un peu d’histoire

La célébration de Noël en Allemagne est un mélange de traditions païenne et chrétienne. Le mot Weihnachten qui désigne Noël signifie littéralement « les nuits consacrées », faisant référence à l’époque païenne où toutes les nuits de la saison hivernale étaient considérées comme sacrées par les anciens Germains. Lors des festivités du solstice d’hiver qui tombait alors le 25 décembre, on sacrifiait un sanglier et une chèvre (ou un cheval) en l’honneur de la divinité solaire Sol Invictus. A l’occasion de cette nuit (Die Weihnacht) qui lui était consacrée, Wotan – le dieu de la foudre et de la guerre – prenait le titre de Sol Invictus (le Soleil invaincu). Il existe aussi l’origine chrétienne de la nuit du Christ (Die Christnacht) quand le 25 décembre fut officiellement choisi en 336 de notre ère à Rome pour célébrer la naissance du Christ. La christianisation progressive de l’Occident conduisit à l’interdiction des cultes païens : dès lors, la Christnacht des chrétiens se substitua à la Weihnacht des païens germaniques.

Selon la coutume, le coup d’envoi des festivités de Noël est donné le 6 décembre, jour de la Saint-Nicolas. Evêque de Myre au IVème siècle, Nicolas fut arrêté et torturé durant les persécutions des Chrétiens en 310. Ayant accompli plusieurs miracles, il est par la suite élu patron protecteur des écoliers, des commerçants et des marins. La Saint-Nicolas est une fête importante en Allemagne, célébrée dès le Xème siècle. Dans le folklore allemand, les enfants placent leurs souliers bien cirés devant la porte ou près de la cheminée le soir du 5 décembre. Dans la nuit, Nikolaus descend du ciel sur une luge chargée de petits cadeaux et de friandises (pommes, fruits secs, noix, pain d’épices). Tandis que les enfants sages ont droit à des gourmandises, les plus turbulents se voient punis par Knecht Ruprecht – figure inventée au XVIème siècle (que l’on pourrait assimiler au Père Fouettard français) et acolyte de Nikolaus – qui leur donne des cadeaux moins appréciés comme un oignon, une pomme de terre, du charbon ou un sac de cendres. Cette journée de la Saint-Nicolas marque le début des fêtes de fin d’année !

20181217_143306 ok crop.jpg
Photo © Les Couleurs de ma Vie

2. La tradition de l’Avent

  • La couronne de l’Avent

Le mot Avent vient du latin Adventus qui signifie arrivée, à savoir l’attente de la naissance du Christ, l’avènement du Messie. Les plus anciennes mentions de l’Avent remontent au IVème siècle, mais la première couronne fut créée en 1839 par le pasteur luthérien Johann Wichern : un cercle en bois orné de 24 bougies (20 bougies rouges pour représenter les jours de la semaine et 4 cierges blancs pour les 4 dimanches jusqu’à Noël). Depuis 1860, la couronne de l’Avent (Der Adventkranz) est généralement faite de branches tressées d’épicéa, de sapin, de pin, voire de houx ornées de 4 bougies allumées successivement chaque dimanche avant Noël, symbolisant les 4 étapes du salut : l’espoir, la foi, la joie et la paix. Les bougies peuvent être rouges, blanches ou dorées. Selon le rite catholique, il y a trois bougies violettes (pour les 1er, 2ème et 4ème dimanches avant Noël) et une bougie rose (3ème dimanche). Parfois, une cinquième bougie optionnelle peut être rajoutée au centre de la couronne symbolisant l’arrivée du Christ le 25 décembre : de couleur blanche en signe de pureté, elle est alors allumée le jour de Noël.

  • Le calendrier de l’Avent

Le calendrier de l’Avent (Der Adventkalender) est aussi une tradition germanique et s’inscrit dans la continuité de la couronne. A partir du XIXème siècle, on avait coutume de donner aux enfants une image pieuse chaque matin de décembre jusqu’au 24 inclus. En 1903, l’éditeur munichois Gerhard Lang lance le premier calendrier de Noël composé de 24 images colorées sur un support en carton. Dans les années 1920, le calendrier est commercialisé sous sa forme actuelle des 24 petites fenêtres s’ouvrant sur une image, un poème ou une citation de l’Évangile. Dès 1958, on voit apparaître les versions avec des petites surprises et des chocolats. Le calendrier de l’Avent a été imaginé pour faire patienter les enfants jusqu’à Noël d’une manière à la fois éducative et ludique : en effet, c’est une représentation concrète de l’attente de Noël et un apprentissage de la patience, car on ouvre une seule fenêtre par jour même si la tentation est parfois grande… De nos jours, il existe des calendriers de plus en plus sophistiqués produits à des fins commerciales (garnis de jouets, bijoux ou produits cosmétiques), et même des versions numériques.

Calendrier Victorian_Chocolate_Shop_German_Advent_Calendar by Richard Sellmer Verlag www.germansteins.com.jpg
Calendrier de l’Avent allemand d’inspiration victorienne © Richard Sellmer Verlag

3. Les marchés de Noël

Comme la couronne et le calendrier de l’Avent, les marchés de Noël (Die Weihnachtsmärkte) sont une tradition germanique apparue au XIVème lorsque les artisans et commerçants furent autorisés à vendre leurs produits sur la place du marché ou de l’église – et qui s’est ensuite répandue dans toute l’Europe. Ils font partie intégrante de la culture allemande et sont aussi destinés à faire patienter petits et grands jusqu’à Noël. Constitués d’échoppes en forme de chalets, on y vend traditionnellement des décorations de Noël (sapins, couronnes et calendriers de l’Avent), et toute sorte de produits artisanaux et régionaux (vin chaud, bretzels, pain d’épices, saucisses, cannelle). Les plus anciens marchés de Noël sont ceux de Dresde en Saxe inauguré en 1434 et de Nuremberg en Bavière, considéré comme le plus beau du pays. La liste est trop exhaustive pour que je vous fasse une sélection ici, mais le site German Travel référence 150 marchés allemands qui rivalisent de somptuosité et de féerie.

4. Les repas de Noël

  • Le 24 décembre

La période de l’Avent est consacrée à la confection de la couronne de l’Avent et à la préparation des biscuits de Noël (Weihnachtsplätzchen) et des pâtisseries figuratives (Gebildbrote), où familles et amis se regroupent de manière très conviviale. Une des coutumes culinaires allemandes est la confection par les adultes et les enfants d’une maison entièrement composée de gâteaux, de pain d’épices et de friandises dans la tradition du conte « Hänsel et Gretel » des frères Grimm. La journée du 24 décembre, appelée Heiligabend, est employée à la décoration de l’arbre de Noël et à l’installation de la crèche. La veille de Noël étant autrefois une période de jeûne pour les Allemands, le repas du Réveillon est plutôt simple et frugal encore aujourd’hui : de la choucroute ou une salade de pommes de terre (Kartoffelsalat) avec des saucisses, accompagnée de vin ou de bière. On termine la soirée par des chants de Noël traditionnels en dégustant des gâteaux (sablés, pain d’épices, spéculoos) et en buvant du vin chaud.

  • Le 25 décembre

Le véritable repas de Noël a lieu le soir du 25 décembre : il est surnommé le « Soir du ventre plein » (Vollbauchabend) car il est gourmand et très copieux ! L’entrée consiste en divers choix de charcuterie, du saumon fumé ou des fruits de mer. Jadis, le plat principal était le porc, en souvenir du sanglier sacrifié au dieu de la guerre dans la tradition païenne. De nos jours, les Allemands lui préfèrent l’oie rôtie ou farcie (Weihnachtsgans), la dinde, voire la carpe dans les régions de l’Est, accompagnés de divers fruits et légumes épicés dont la base reste la pomme de terre et le chou rouge. Le repas se termine par une sélection de gâteaux avec du vin chaud (Glühwein) – un vin rouge ou blanc chauffé et aromatisé d’épices (cannelle, clous de girofle, anis étoilé, cardamome). Le lendemain de Noël, 26 décembre, est également un jour férié en Allemagne, ce qui permet aux festoyeurs de se remettre des excès de la veille !

5. Les gâteaux traditionnels

  • Le Stollen

Le Stollen (Christstollen ou Weihnachtsstollen) est un gâteau dont l’origine est très ancienne, également populaire en Alsace et en Lorraine. La première mention connue du Stollen remonte au XIVème siècle mais il servait déjà de symbole lors des fêtes païennes. Il s’agit d’un pain brioché de forme allongée garni de fruits confits et de raisins secs, aromatisé au rhum et aux agrumes, parfois farci de pâte d’amande : on le recouvre de sucre glace pour personnifier l’enfant Jésus dans ses langes. C’est l’équivalent de la bûche de Noël française, du Panettone italien et du Christmas pudding anglais.

Stollen.jpg
Christstollen – Source © http://www.prairiefarms.com
  • Le Lebkuchen

Le Lebkuchen est un petit biscuit de pain d’épices parfumé au miel et aux épices (cannelle, gingembre, anis, clous de girofle, muscade, poivre) avec des noix, noisettes, amandes, en forme de macaron aplati. Anciennement appelés gâteau au miel ou gâteau au poivre, ils sont originaires de la ville de Nuremberg (Bavière) qui en est le plus grand producteur, et vendus en quantité sur les marchés de Noël. Il en existe plusieurs versions, glacés de sucre ou nappés de chocolat par exemple.

Lebkuchen
Lebkuchen – Source © http://www.der-beck.de
  • Les Zimtsterne

Les Zimtsterne sont des biscuits sablés en forme d’étoile parfumés à la cannelle, incontournables lors des fêtes de Noël. Ils sont moelleux et savoureux car composés principalement de poudre d’amandes et de noisettes, puis recouverts d’un glaçage meringue au citron ou au Kirsch, d’un blanc immaculé.

Pour les Parisiens qui voudraient découvrir et déguster des spécialités allemandes, voici 2 liens utiles :
• L’épicerie en ligne My German Market
• L’épicerie gourmande Der Tante Emma Laden (75010 Paris, métro Château d’Eau)

J’espère que mon article vous aura plu, donné l’envie de découvrir ce merveilleux pays et ouvert l’appétit ! Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter un Frohe Weihnachten plein d’amour, de chaleur et de paix ! 🎁🎄🔔

N’hésitez pas à vous abonner au blog pour vous tenir informé(e)s de mes prochains articles. Vous pouvez aussi me suivre sur les réseaux sociaux Facebook et Instagram, ainsi que sur Pinterest qui propose une sélection de mes meilleurs looks.

Bisous et à l’année prochaine ! 😘
Agnès

5 commentaires sur “Les traditions de Noël en Allemagne

  1. Très intéressant. J’avais oublié la couronne de l’Avent de chez ma grand-mère. Un souvenir qui est revenu en lisant l’article. Ma grand-mère était allemande, une femme très intelligente, ainsi que mon père. Et Saint Nicolas est venu jusqu’à mes 15 ans. Le sapin de Noël et la déco était toujours mis après le 6 décembre.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour et merci pour votre message, c’est vraiment touchant. 😍 Rédiger cet article m’a replongée dans tellement de souvenirs et j’avoue que la tradition allemande de Noël a quelque chose d’authentique et de magique qui me manque… Je vous souhaite un Frohe Weihnachten ! 🌟🎄😘

      J'aime

  2. Coucou ma belle, votre Noël en Allemagne est complètement différent du mien à La Réunion.
    C’est une jolie tradition et une belle histoire autour de cette fête de fin d’année.
    Bonne fin de journée ,

    Aimé par 1 personne

    1. Hello Nina, merci pour ta visite et ton gentil commentaire… 😍 Oui, j’imagine que c’est bien différent en effet ! 😃 Mais c’est la richesse de la diversité culturelle de notre monde qui en fait toute le beauté… Joyeuses Fêtes et à bientôt ! 🎄😘

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s